Les bienfaits de la pédagogie positive

Mai 2021

Spoiler alert: S’il est facile d’ajouter “positive” derrière une pratique pour l’enjoliver, la pédagogie positive n’est pas qu’un énième concept dont l’innovation ne se limite qu’à son intitulé. En effet, fondée sur la base des travaux en psychologie positive et en neurosciences affectives et sociales, la pédagogie positive regroupe un ensemble de méthodes et de principes qui lui sont propres. Il ne s’agit pas de réinventer la pédagogie mais de l’aborder différemment.

Les bienfaits de la pédagogie positive

La pédagogie positive : pourquoi ?

Les cours sont un cauchemar pour un certain nombre d’élèves et étudiants.
Force est de constater que l’école/les études ne sont pas une partie de plaisir pour tout le monde. En effet, si la France est un des pays où les inégalités scolaires sont les plus élevées, c’est notamment parce que le système scolaire actuel n’est pas adapté aux différents profils qu’il rencontre.

L’école appauvrit la curiosité et la créativité des enfants. C’est ce que démontre Sir Ken Robinson (par ici !) En effet, dans les établissements scolaires actuels, il est demandé aux élèves d’apprendre par cœur et de mémoriser les informations plutôt que de les comprendre, de les questionner et de se les approprier. Cette méthode d’apprentissage, en plus d’être mal vécue par certains élèves et étudiants, limiterait le développement d’autres compétences.

L’école est source d’anxiété pour les élèves en difficulté. C’est bien connu : un bon élève est un élève qui possède de bonnes notes. Pour recevoir les félicitations ou décrocher la meilleure mention, il ne suffit pas de progresser mais d’avoir de bons résultats.Alors que l’expérience de Rosenthal montre qu’il est très important de toujours porter un regard bienveillant sur un individu plutôt que de lui coller une étiquette, les notes que reçoivent les élèves les enferment dans un modèle. Ces derniers finissent par se voir comme de “mauvais élèves” générant ainsi une faible estime de soi.

L’objectif de la pédagogie positive est donc de redonner le plaisir d’apprendre et de réveiller la curiosité naturelle de tous les apprenants (sans exception !)

La pédagogie positive : comment ça marche ?

  • Mieux cerner les forces de chacun
    Nous n’avons pas tous la même façon d’apprendre.Il existe en effet plusieurs styles d’apprentissage (on parle souvent de mémoire visuelle, auditive ou kinesthésique). La pédagogie positive vous renseignera dans un premier temps sur la façon dont votre cerveau travaille pour ensuite vous proposer les outils et méthodes en adéquation avec celui-ci. Chacun peut donc apprendre et réussir à sa manière.

 

  • Développer une approche “tête, coeur, corps”
    Les partisans de la pédagogie positive portent un fort intérêt à l’environnement dans lequel les individus évoluent (pour mieux cibler leurs difficultés et attentes). Ainsi, ils prendront en compte l’aspect cognitif, affectif et et somatique des apprenants. Autrement dit, ils estiment qu’on ne peut pas apprendre dans de bonnes conditions sans préparer au préalable sa tête, son cœur et son corps . Des outils tels que le mind mapping, le brain gym, la relaxation seront mobilisés. Les apprenants seront également formés à la communication non violente ou encore à l’intelligence émotionnelle. Tous ces ingrédients placeront les apprenants dans une démarche adaptée qui privilégiera la mémoire, la compréhension, l’autonomie et la curiosité.

 

  • Mettre l’accent sur ce qui va bien
    La pédagogie positive cherche à valoriser positivement les efforts et les progrès plutôt que le résultat. L’idée est de donner à l’apprenant la certitude que les professeurs/formateurs sont présents dans l’unique objectif de le faire avancer dans ses apprentissages (et non pour leur taper sur les doigts !) De plus, cela permet d’augmenter leur confiance en soi.

La pédagogie positive est donc une pédagogie inclusive qui n’exclut personne.Les personnes rencontrant des difficultés importantes dans les apprentissages (dyslexiques, dyspraxiques, dysorthographiques etc) se sentent davantage pris en compte et cela génère de la motivation pour de nouveaux apprentissages.