Les pièges à éviter en entretien d’embauche

Avril 2021

L’exercice des entretiens d’embauche implique nécessairement un travail de préparation afin d’éviter certains pièges.
Et parce que nous sommes tous capables de briller devant des recruteurs, voici nos astuces pour garder la face même lorsque votre interlocuteur essayera de vous déstabiliser.

Les pièges à éviter en entretien d’embauche

Que faut-il répondre lorsqu’on vous demande :
Parlez-moi de vous ?
Ici votre potentiel futur employeur attend que vous soyez clair, concis et que vous vous appuyez sur des exemples significatifs.
Ne vous contentez pas de répéter votre CV, ajoutez de l’authenticité en parlant de vos accomplissements personnels ou des difficultés que vous avez surmontées.

Pourquoi ce poste vous intéresse-t-il ?
Montrez ici vos réelles motivations pour rejoindre l’entreprise en montrant que vous avez fait des recherches, que vous n’êtes pas là par hasard.

Faites le lien entre les missions de la fiche de poste et vos expériences précédentes et parlez de votre projet professionnel pour montrer la cohérence de votre candidature.

Et parce que vous n’êtes pas (encore) dans l’entreprise, vous pouvez en profiter pour poser des questions pertinentes au recruteur. En lui demandant par exemple comment l’équipe est organisée, en demandant des détails sur les missions, sur les clients, les offres ou les produits, vous montrerez que vous vous projetez déjà et que vous êtes prêt.e à intégrer la fonction.

Quels sont vos défauts ?
Évitez à tout prix l’humour pour cette réponse. Vous ne voulez pas être l’énième mauvais blagueur “Je les cherche encore”, “Je n’en ai pas”.
Montrez au contraire votre professionnalisme en faisant preuve d’auto-critique. Parlez des choses sur lesquelles vous pouvez travailler, vos axes d’amélioration qui restent compatibles avec le poste.

Pourquoi vous ?
Pour certain.e.s, il est difficile de savoir se valoriser soi-même ou de parler positivement de son travail, surtout lorsque l’on débute.
A l’inverse certain.e.s auront tendance à faire preuve de vantardise ou à vouloir écraser les autres et malheureusement “Parce que je suis le/la meilleur.e” n’est pas un argument recevable.

Appuyez-vous sur des exemples concrets de votre expérience qui démontrent que vous vous épanouirez dans le poste et que vous répondrez aux exigences de l’entreprise.

Ayez confiance en vous, valorisez vos atouts et votre travail objectivement.

Et dans 10 ans, vous vous voyez où ?
La réponse doit être aussi ambitieuse que réaliste et cohérente avec le poste pour lequel vous postulez. Soyez honnête, montrez votre connaissance du secteur, du poste et de l’entreprise que vous souhaitez intégrer.

Savez-vous dire non ?
Ne réfléchissez pas, la bonne réponse est “oui” ! Répondez en parlant de cas concrets et de vos motifs de refus.
Ne pas savoir dire non peut signifier que vous avez peu d’estime de vous-même ou peu de convictions. Mais si “ne pas savoir dire non” fait partie de vos axes d’amélioration, n’hésitez pas à en faire part, en contre-balançant malgré tout avec des exemples concrets de situations dans lesquelles vous avez utilisé le “non” à bon escient.

Quelles sont vos passions ?
La question est classique mais votre réponse ne doit pas l’être. Profitez-en pour sortir du lot en parlant de vos engagements, de vos accomplissements dans le cadre de vos hobbies, de ce qui fait que vous êtes vous et pas comme tout le monde.

Avez-vous des questions ?
Cette question annonce généralement la fin de l’entretien, restez mobilisé.e.s et concentré.e.s jusqu’aux dernières minutes, ce n’est pas le moment de bâcler votre réponse pour terminer plus vite.
Cela vous permet de poser les questions que vous aurez préparé avant l’entretien. Vous pourrez alors comprendre la culture de l’entreprise, demander plus précisément ce qu’ils recherchent, obtenir plus de détails sur les missions du poste, etc.
Montrez votre intérêt pour l’entreprise et n’en profitez pas pour demander les avantages liés au poste.